Notre Dame de France - 5 Leicester Place - London WC2H 7BX - charity nr 1177995                English | Français

Bulletin dimanche 18 mars 2018

Grain de blé ou cigale….

Un grain de blé, enfoui dans la terre, meurt pour devenir une plante puis porter du fruit à son tour. C’est une image, proposée par Jésus, pour nous faire entrer dans le mystère de la passion et de la résurrection. Gilles Rebèche, dans son livre, « Tu as ouvert devant moi un passage », cite la prédication du P. Marcel Rouvier (page 52) : « Ce n’est pas pour rien que le Verbe s’est fait chair sur les bords de la Méditerranée, parce qu’on y parle pas avec des spéculations mais avec des paraboles. » Il affirmait que dans notre pays de Provence, il y a une sorte de religion naturelle, une théologie de la nature qui est donnée ; et je me souviens que pour parler de la croix, de la souffrance, il avait créé la théologie des cigales ! Il me racontait que l’entomologiste Fabre s’était un jour intéressé aux cigales. En Provence, nous avons des variétés de cigales qui restent près de dix sept ans sous terre, sous forme de larves. Au printemps, elles grimpent le long des pins maritimes, et sur le tronc de l’arbre font une chrysalide, deviennent un insecte, volent un été, se reproduisent et meurent. Fabre avait été pris de compassion pour ces petites bêtes qui vivaient dix sept ans sous terre pour simplement un été au grand air ! Et quand elles faisaient leurs chrysalides sur les bords des branches, il les voyait mettre un temps fou à sortir de leur enveloppe. Alors, avec un petit scalpel, il les aidait en grattant la chrysalide pour qu’elles sortent plus vite et profitent un peu plus de leur été !

Mais il s’est rendu compte que toutes les cigales qu’il avait aidées avec son scalpel se cassaient la figure à peine sorties de la chrysalide ! Il a alors beaucoup réfléchi et a compris que le temps qu’elles passaient à sortir de la chrysalide était le moment pendant lequel elles se musclaient les ailes. »

Et si le temps du carême était celui de se muscler les ailes !

Pascal Boidin, mariste