Notre Dame de France - 5 Leicester Place - London WC2H 7BX - charity nr 1177995                English | Français

Bulletin dimanche 14 janvier 2018

Corps….

Paul parle, dans ce passage de l’épitre aux Corinthiens, du corps comme sanctuaire de l’Esprit Saint. Je trouve intéressant de l’écouter alors que nous sortons tout juste du temps de Noël. Noël, c’est la fête de l’incarnation. Dieu, en Jésus-Christ, choisit notre humanité, le corps humain, pour faire alliance avec son peuple. Par l’enfant Dieu, il nous dit la grande valeur qu’il accorde à la vie humaine.

Dans la tradition grecque, le corps était souvent relégué au second rôle. Ce qui importait, c’était l’âme, l’esprit. Et nous chrétiens d’Occident sommes héritiers, aussi, de cette tradition.

Prendre soin de notre corps, c’est prendre soin du temple dans lequel Dieu habite. Comme le Samaritain, sur la route de Jéricho à Jérusalem, prend soin de l’homme blessé laissé comme mort au bord de la route par des bandits (Luc 10), nous sommes invités à prendre soin les uns des autres. Le corps est aussi le lieu de nos limites.

Respecter notre rythme physique, être attentif à la qualité de ce que nous mangeons et à la justesse de nos relations c’est aussi prendre soin de notre corps.

Cette attention au corps est aussi invitation à prendre soin de notre environnement.

Si l’air de nos villes est irrespirable, si la nourriture que nous mangeons est contaminée par des substances toxiques, la vie même de l’homme est menacée. Lorsque notre planète est en danger, c’est des êtres humains qui en font les frais. C’est ainsi que, par exemple, la montée du niveau des mers a des conséquences sur des populations des îles d’Océanie qui vont devoir migrer.

Paul, à la suite de Jésus, nous invite à prendre au sérieux notre vie humaine et à la respecter. C’est elle que Dieu, en Jésus-Christ, a choisi d’habiter. En le faisant, notre regard se tourne aussi sur notre environnement. Je vous propose de prendre le temps, dans les jours qui viennent de rendre grâce pour votre corps, dans toutes ces dimensions. Il est le vase d’argile (2Cor 4,7) qui contient l’amour et la grâce de Dieu.

Pascal Boidin, mariste