Notre Dame de France - 5 Leicester Place - London WC2H 7BX - charity nr 1177995                English | Français

Bulletin 26 novembre 2017

Colère !!!

J’ai été choqué par le reportage de CNN montrant un marché aux esclaves africains en Lybie. La journaliste montre des jeunes hommes vendus aux enchères comme de la marchandise. Aux yeux de la loi, c’est un crime contre l’humanité.

Cela fait remonter à notre mémoire de mauvais souvenirs. Dans les siècles passés, des Africains ont été vendus dans les colonies françaises des Antilles, d’Amérique, de l’île Maurice ou de la Réunion… Dans la communauté de Notre Dame de France, vous êtes nombreux à avoir des ancêtres qui ont été esclaves.

De nombreux jeunes africains se lancent aujourd’hui dans ce périlleux voyage à travers le Sahara et la Méditerranée pour rejoindre les côtes de l’Europe. Ils rêvent d’une vie meilleure et se retrouvent victimes de trafiquants avides et sans scrupules, s’ils ne meurent pas en route.

Alors oui, je crois qu’il est légitime d’être en colère, contre ces trafiquants qui ne connaissent pas le prix de la vie humaine, contre les dirigeants des pays, trop occupés à s’enrichir, qui n’offrent pas d’avenir à leurs enfants, contre les hommes et femmes politiques des pays d’Europe qui utilisent la peur des migrants pour développer leur fonds de commerce. Assez !

Et pourtant, la colère ne suffit pas. Il nous faut aussi agir. Citoyens, nous avons la responsabilité de dénoncer les hommes et les femmes politiques qui, par démagogie, surfent sur le rejet des migrants. Au nom de la défense de nos identités, ils conduisent nos sociétés à leur perte. Je voudrais dire aussi ma reconnaissance au personnel et aux bénévoles du centre des réfugiés de Notre Dame de France. Ils tendent la main à des personnes qui se débattent face à la complexité des lois pour la délivrance des permis de séjour. Enfin, j’entends Jésus nous dire dans l’évangile de ce dimanche : « Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. »

Pascal Boidin, Mariste