Notre Dame de France - 5 Leicester Place - London WC2H 7BX - charity nr 1177995                English | Français

Bulletin 5 août 2017

Vision…

Jésus invite ses disciples, Pierre, Jacques et Jean, à ne parler à personne de la vision qu’ils viennent d’avoir avant sa résurrection (Mt 17,9). Pierre en parle dans sa lettre. Quelques siècles plus tôt, le prophète Daniel raconte une vision qu’il a eu. C’est dire que les visions font partie de l’expérience de Dieu et de sa façon de se communiquer.

Par expérience, certaines visions sont des illusions. Lorsque l’on veut quelque chose très fort, on finit par l’imaginer. Ce peut être aussi une façon de se mettre en avant… L’expérience spirituelle vraie est discrète et difficile à partager car elle touche à l’intime. Les spirituels n’en parlent qu’avec prudence et souvent longtemps après l’événement. C’est un trésor gardé dans le cœur comme un signe de tendresse ou d’amitié profonde.

Ces visions prophétiques invitent les témoins à changer de regard. Pour les disciples, il s’agit d’accueillir Jésus non seulement comme un prophète mais comme le Fils de Dieu, comme Dieu lui-même. Au fond, il s’agit de voir le monde, les autres, avec les yeux du Créateur. C’est une invitation à changer de regard. Je suis frappé comme les changements de regard sont à l’origine de tant de grands progrès dans la vie des hommes. Les grandes découvertes scientifiques commencent souvent par un changement de regard. Flemming, en 1928, observe ses éprouvettes contaminées par un champignon et découvre que les staphylocoques qu’ils cultivaient ne se développent plus. C’est la découverte de la Pénicilline et des antibiotiques. Dans le domaine des relations humaines, voir dans l’ennemi un frère est la première étape d’une réconciliation.

Si nus profitions de cet été pour chercher à changer de regard. Un temps de retraite, de vacances, peut nous y aider. Nous pouvons aussi repenser à la citation du Petit Prince, d’Antoine de Saint Exupéry : « L’essentiel est invisible pour les yeux, on ne voit bien qu’avec le cœur. »

Pascal Boidin, Mariste