Notre Dame de France, 5 Leicester Place, London WC2H 7BX T. 020 7437 9363                     English | Français

Être Mariste

« Si tu savais le don de Dieu ! » (Jn 4,10) C’est le mot de Jésus à une femme de Samarie qui fut transformée.  Elle qui n’arrivait pas à choisir, qui n’arrivait pas à construire une relation amoureuse stable, s’est ouverte sur les autres. Elle a annoncé Jésus, le Messie, aux habitants de son village.

Pour Jean-Claude Colin (1790-1875), le don de Dieu est d’appartenir à une famille religieuse qui porte le nom de Marie. Il se découvre de la famille de Marie, les Maristes. Il veut porter Jésus, l’amour de Dieu, au monde comme Marie l’a fait en son temps.

Etre Mariste, c’est penser comme Marie. Jeune femme, à Nazareth, elle reçoit la visite de l’ange qui vient lui annoncer la naissance de Jésus.  Elle a les pieds sur terre. Elle se demande comment cela est-ce possible alors qu’elle ne vit pas encore avec son fiancé, Joseph. Elle est ouverte à l’action de Dieu dans sa vie : « que tout m’advienne selon ta parole. »

Etre Mariste, c’est juger comme Marie. Après la visite des bergers à la crèche, après avoir perdu Jésus adolescent au Temple de Jérusalem, Marie ne comprend pas. Elle se sent dépassé par les événements. L’évangéliste Luc nous dit que : « Marie retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur. » (Lc 2,19) Avant de juger, elle prend le temps de repenser à ce qui s’était passé, de le porter dans la prière.

Etre Mariste, c’est sentir comme Marie. Au pied de la croix, devant la souffrance de son Fils, son cœur est brisé. Marie a connu, en son cœur, la joie, la peine, la colère, la peur et la paix. Elle est proche de ceux qui vivent des moments difficiles. Elle partage le bonheur de ceux qui sont dans la joie.

Etre Mariste, c’est agir comme Marie. A la fête du mariage, à Cana, elle se rend compte que le vin manque. Elle en parle à son fils Jésus et lui fait confiance. Avec lui, le vin, signe de la joie, ne viendra plus à manquer. Marie rend possible l’action de Dieu dans l’histoire des hommes.

Le Mariste, comme Marie, est témoin de la miséricorde de Dieu. Avec la Samaritaine, il voudrait que tous découvrent le don qu’il reçoive de Dieu. La source d’eau vive peut jaillir dans nos vies où que nous en soyons. Le Mariste, c’est le puisatier, celui qui remet en état le puits pour que l’eau vive jaillisse à nouveau.

Le Mariste est missionnaire. Cette bonne nouvelle est pour tous et pour chacun. Nos ancêtres prenaient la route des Antipodes pour annoncer Jésus. Aujourd’hui, nous cherchons toujours à aller aux périphéries, auprès de ceux qui sont loin.

« Si tu savais le don de Dieu ! » Jésus te le dit aujourd’hui. Veux-tu prendre la route avec lui ? Veux-tu rejoindre la famille de Marie ? Tu es invité.